Tous les albums
Pèlerinage par le pédiluve Fistule vs. NBFI
NBFI : le comme bac
Le retour du comme bac Fistule vs. NBFI

NBFI — Le fils du retour de ta mère en slip

Le fils du retour de ta mère en slip

Album sorti le samedi 15 février 2014.

Un album de haute voltige, avec des grands noms de la chanson française, tels que Hamidouche, Bécaille, Saf-Saf ou encore Tahanouti. Un habitant de Foischon, Jean-Jacques Louis, déclare dans l’Ardennais : « Vous ne regretterez pas d’avoir écouté ce marché-opus magistral. Avec ma femme, on l’écoute tous les matins avec un bon Viandox, une Chimay bleue et un Poulicroc, ben franchement, y’a rien d’tel ! »

Pour obtenir une copie numérique de cet album, envoyez-moi un message à <nbruche@riseup.net>. Soyez patients, je peux mettre plusieurs jours avant de vous répondre. Vous êtes autorisés à copier cet album et à le distribuer, tant que l’utilisation n’est pas commerciale, sous condition d’indiquer les auteurs et de respecter la licence.

Licence Creative Commons

Crédits

Pochette

cover/a.jpg

Textes

1. C’est ta mère

(Nicolas Bruche) 6:10

Revenir à la liste des titres.

**NB**
Et c’est parti pour une nouvelle chanson de NBFI. « Le fils du retour
de ta mère en slip »-euh !… C’est comme ça qu’ça s’passe ici à la
maison. Alors ? Kesse tu racontes là ? Hein ? Un solo d’guitare… Ha
ouais, c’est ça ? C’est ça qu’tu racontes ? Sss… Bon ben c’est bien.
Ben euh… C’était pas la peine p’têt’ de nous déranger pour euh… pour
ça quoi, hein ? J’pense… tu nous, hein ? Bon. Ha ouais ? Carrément
quoi. Ouais, sss… Le mec se fait pas chier, quoi. Ouais, ouais… Le mec
euh… a pas grand chose à dire d’abord. Dé-déjà, sss… Pis en plus, y… y
fait chier tout l’monde quoi, hein ? Y fait chier tout l’monde. Ça y
faut l’dire, y faut l’dire ! T’as vraiment que ça à foutre quoi. Nan
mais t’as, que ça à foutre quoi. Voilà, c’est ça. T’as que ça à
foutre. Oh oui, huh huh huh ! Ha le mec, j’te jure, toi. Rien à
s’couer quoi, rien à s’couer. T… sss… bon, pff… ben, écoute… Pisse que
c’est comme ça euh… c’est comme ça, on va… on va faire avec hein ? On
f’ra avec et pis d’toutes façons, ben, les gens s’en contenteront,
hein ? Les gens s’en contenteront et puis y s’ront très contents.
Huh-huh-huh ! Huh-y s’ront contents comme ça, hein. Oh-oui,
oh-oh-oh-oh ! Nan passke bon alors tu vois y’a… y’a des fois… y’a des
fois le mec, il arrive… y te dit euh… sous prétexte que bon, hein,
heu… il a pas l’temps. Ben, moi j’dis, c’est un peu facile quoi. C’est
un peu facile passke bon euh… les mecs qui disent qu’on n’a pas
l’temps, y’en a plein quoi. Y’en a à la pelle, à la pelle. Ben ouais,
nan mais bon euh… T’as, t’as, t’as beau dire c’que tu veux euh… moi,
je, je, je… je pense que c’est comme ça qu’ça d’vrait s’passer. Voilà.
Ben ! Ui, bé… Kesse tu veux qu’j’te dise moi ? Kesse tu veux qu’j’te
dise ? Hu-hu ! Kesse tu veux qu’j’te dise ? Ha-ha ! Il est con lui !
Aussi-heu… il est con-heu ! Ha hin ! Hé ho… Arrête tes conneries là oh
hé, hé… Y va pas m’faire chier ouais… Le fils heu… du retour de ta
mère en slip-han ! NBFI-heuuuuu-arh…

Le retour de ta mère en slip (x3)
C’est le retour
Le fils du retour de ta mère en slip

Le retour
Le fils du retour
Ta mère en slip
Le fils du retour

(x2)

Ta mère en slip (x2)
Le fils du retour (x2)

Et ta mère en slip
Mère en slip (x3)
Mère en (x4)
Mère (x4)
Mè-mè-mè-mè-mè-mè-mè-mè

**FI**
Trous du cul d’politiciens d’merde va, hein ? Ouais, ça y est, j’suis
dev’nu un politicien. Ha non, j’suis un anti-politicien. Bah ouais,
forcément. Si j’dis qu’c’est des trous du cul d’merde. C’est qu’je…
chui anti-politicien. J’vais créer mon propre parti. Mmh ? Le parti
des libéralistes libératoires. Ouais. Pour libérer les Ardennes de la
Belgique. Les Ardennes françaises. Le rassemblement est pour bientôt
les mecs. Ouais. Munissez vous un peu de… de tout c’que vous avez
autour de vous, là. Manches à balai, bouts de bois, heu… sss… manches
à raclette heu… voilà… bûches… pieds de biche. Chaînes de vélo,
chaînes de tronçonneuse. Clous, marteaux, des p’tits clous aussi.
Hein ? Heu… trousse à outils, trousse à pharmacie. Bon ça normalement
j’devrais avoir des compresses. À la maison. Donc normalement, tout
d’vrait bien s’passer. J’vais… attaquer la Belgique. J’vais l’attaquer
mais… j’vais l’attaquer pas de front hein ? J’vais l’attap… j’vais la
prendre à r’vers. J’vais la prendre à re-vers. Toute la Belgique
hein ? Donc normalement j’devrais l’aborder par Winenne, et j’devrais
sortir à Felenne. Donc t… normalement tout d’vrait bien s’passer. Donc
là, moi j’ai, mon plan est très simple hein ? J’les attaque. Bon, pas
de face passk’y sont quand même assez nombreux. Et puis heu…
J’demanderai à mon… juste mon pote Nico euh… Bruche de… de v’nir me
filer le… la main quoi. S’il est dispos quoi. S’il est pas en concert
quoi. S’il est pas en train d’jouer heu… avec Ben et l’oncle Soul heu…
sur Direct 8 quoi. Chaîne que je r’garde pas bien sûr. Mais… j’vais
êt’ obligé d’la r’garder quoi.

**NB**
Hein ?

**FI**
Hein ? Quoi ?

**NB**
Hein ?

**FI**
Mmh ?

**NB**
Kesse k’y a ?

**FI**
Quoi ?

**NB**
Hein ?

**FI**
Hein ? Quoi ? Mmh ?

**NB**
Hein ?

**FI**
Kesse t’as à dire à ça ?

**NB**
Sss…

**FI**
T’as pas beaucoup d’temps gros. Juste quinze secondes.

**NB**
Ouais ouais.

**FI**
J’prépare mon attaque.

**NB**
Ouais. Nan nan, j’voulais juste dire que… ben, en fait là, vous êtes
en train d’écouter l’album, donc, qui s’appelle… « Le fils du retour
de ta mère en slip ». Sss… donc c’est un album de NBFI, hein ? Donc
heu… bah. Kesse t’en… j’voulais savoir kesse t’en penses, hein ? Kesse
tu penses du morceau là. D’la chanson. Passke bon, j’ai pas mis… J’ai
mis pas mal de temps à heu… à la composer hein ? J’ai mis au moins
heu… quinze ans. Hein ? Sss… Les accords, tu vois, y sont vraiment
heu… très heu… très complexes. J’ai mis beaucoup d’temps. Et ils sont
très réfléchis. Y sont vraiment heu… ouais, du fond du cœur quoi. From
the heart. Sss… et heu, bon ben voilà ! J’voulais savoir kesse que
t’en penses toi. Et pis heu… ben tu nous, tu nous envoies une lettre,
un mail à… sss… à nbfi.com. Allez ciao.

3. Rappelle moi ton prénom

(Faïcel Iboudghacen / Nicolas Bruche) 5:15

Revenir à la liste des titres.

**José**
Rappelle moi ton prénom déjà ? Comment tu t’appelles déjà ? Rappelle
moi ton prénom déjà ? Comment tu t’appelles déjà ? Ça s’écrit
comment ?

**FI**
F, A, I, C, E, L. I tréma. « Faïcel ».

**J**
Et ton prénom ?

**FI**
J’viens d’te l’dire-euh… « Faïcel ».

**J**
Ha oui c’est vrai. Ton nom d’famille… steuplé ?

**FI**
Alors, « Iboudghacen ». I, B, O, U, D, G, H, A, C, E, N.
« Iboudghacen ».

**J**
« Faïcel Iboudghacen ». Y’a combien d’lettres dans ton… dans ton… dans
ton nom d’famille ? 28 ou quoi ?

**FI**
Ouais c’est un prénom euh… mixte ! C’t’un mix entre un prénom belge,
flamand. D’accord ? « Faïcel Iboudghacen ». Et, et chleu. Donc heu…
voilà. Et mon deuxième prénom c’est… « Fünf ». Voilà, donc euh…
j’m’appelle « Faïcel Fünf Iboudghacen ». OK ? Retenez bien. « Faïcel
Iboudghacen ». OK. Prénom : « Faïcel ». « Iboughacen ». Vous entendrez
parler d’ce nom, à la télé, OK. Regardez bien les infos. Surtout TF1.
La chaîne de la culture française. Avec Jean-Pierre Pernault. C’t’un
cousin. Sss… normalement y devrait faire un r’portage là euh… ce soir,
sur euh… sur l’fromage de chèvre. Comment on l’fabrique ? Euh… Est-ce
qu’il est vendu en grande surface ? Est-ce qu’il est bon ? Il est pas
bon ? Euh… Voilà quoi. Bon et après y’a une petite… une p’tite brève
de 4 p’tites secondes, sss… sur la guerre… Mais bon, c’est quand même
plus important le fromage de chèvre, à savoir quand même où euh… où on
peut l’acheter… à quel prix, quoi. C’est quand même…, ça c’est
d’l’info ! N’est-ce pas ? TF1, hein ? Spéciale dédicace à mon voisin
d’en face qui commence à m’gonfler, à r’garder TF1, toute la journée.
Y’a qu’une chaîne maint’nant. TF1, le foot, TF1. J’crois qu’j’vais lui
brûler les ch’veux, au troisième degré, avec d’la mousse. D’la mousse
expansive. Bon allez j’arrête mes conneries. Ret’nez ça les mecs.
« Faïcel Iboudghacen ». OK ? À vot’ service. Alias « DJ Fistuuule ».

**NB**
Ouais… t’en as pas marre de raconter des conneries là ? Hein ? Tu
crois qu’les gens, y ont qu’ça à foutre, d’écouter tes conneries, là ?
Bon. Alors heu… moi j’voulais dire un truc. C’est que bon euh… ouais,
Pernault, Pernault hein. Pernault y… C’était pas en fait le fromage de
chèvre hein. C’était heu… c’qu’il a raconté l’aut’ fois hein ? C’était
heu… Le thème, c’était sur les… les ballons d’baudruche. Ballons
d’baudruche euh… en Alsace. Alors, y z’ont fait un r’portage. Y sont…
y sont allés chez… chez des gens. Et pis euh… le mec, il avait heu… un
ballon d’baudruche. Il en avait heu… 57, des ballons d’baudruche. Tu
vois, y’en avait 57. Y f’sait la collection des ballons d’baudruche.
Mais tous différents, tu vois. Cha… chacun… chaque ballon d’baudruche
était différent. L’un à l’autre, tu vois, y était… y… y’avait une
différence entre chaque, tu vois. Et euh… Pis l’mec il avait aussi des
cerf-volants, quoi. Cerf-volants et… et pis euh… sinon euh… après euh…
Pernault, ben… y sont allés euh… euh… En fait, t’aimes pas quand je
r’garde le… le TF1 là ? Hein ? Quand je… mets l’foot, là ? Fort, là…
ça t’fait chier ?

**Claire Chazal**
Et c’est la fin de ce journal. Tout d’suite la météo de Guy
Routchenko. Et pis votre film du dimanche soir. Ce soir, Fantomas
contre Nestor Burma. Pour information, vous retrouverez demain
Jean-Jacques Edringer à 13h et Michel Boujenah à 20h. Merci de votre
fidélité. Bonne soirée à demain.

**NB**
Moi j’aime bien TF1. J’aime bien Jean-Pierre Pernault. C’est… j’trouve
que c’est un mec intéressant. J’aimerais bien l’rencontrer un jour,
pour… avoir un autographe de sa part, et pis heu… Claire Chazal aussi,
j’aimerais bien… la voir aussi. C’est des gens qu’j’aimerais bien
connaître. J’pense qu’y m’ressemblent. Heu… chui un peu comme eux,
hein ? Et heu… et pis voilà hein ? Et c’est, c’est… Moi, j’trouve que
c’est des gens très respectables, hein, qui sont bien et… et heu… y… y
sont la victime de quolibets, mais… je… trouve que c’est pas…
justifié. Hein ? Heu… TF1, c’est une bonne chaîne. C’est… on apprend
beaucoup d’choses. C’est très intéressant. Heu… au niveau d’la culture
et… c’est très culturel. Très culturel et culturellement parlant heu…
J’aime beaucoup la télévision. On peut l’dire vraiment. On peut l’dire
vraiment. Bon kesse t’as à dire à ça Faïcel Iboudghacen, là ? C’est
quoi ton problème ? À chaque fois tu… tu, tu… tu nous fais chier, là !
Hein que… yo-co-ba-tu-tu-dou-ya-bi-you-tou-yé-dou-dou-da !

4. Salut Nico, c’est Faïcel

(Julien Perraudeau / Nicolas Bruche) 1:35

Revenir à la liste des titres.

**FI**
Ouais salut Nico, c’est Benjamin. Tsélmec, y dit qu’y s’appelle
Benjamin. Bon j’crois qu’j’vais arrêter de… raconter mes conneries,
déjà là. C’est Faïcel, là. Tu t’souviens ? Tsélmec. Bon, j’t’ai envoyé
un morceau. Faut qu’tu m’dises c’que t’en penses. Tu vas rigoler,
j’crois. C’est un morceau qui fait heu… Bon j’ai… j’ai un peu… bossé
dessus quand même… Écoute le jusqu’au bout, hein ? OK ? Allez ! Salut
hein ? Tsélmec qui dit salut. Ciao !

Oui bonjour Nicolas. C’est… Faïcel à l’appareil, là, de… de Givet. Bon
ben écoute… sss… J’voulais t’féliciter pour ton album, là… Et puis
j’suis allé sur l’banc… Bandcamp, là heu… J’ai écouté encore… J’ai
ré-écouté l’album, là. Pis j’l’ai écouté gratuit’ment pass’k’ d’toutes
manières, j’l’achéterai pas passke… voilà, passke c’est comme ça,
hein ? P’sske j’dois acheter un CD d’Annie Cordy, là. Il est à la
FNAC. Il est… tsé, les prix verts, là, il est à… il est à 8€ donc
j’préfère acheter ça plutôt qu’d’acheter heu… un album comme ça. Pis
en plus de ça, j’ai l’impression… la vague impression qu’tu t’fous
d’ma gueule. Enfin… J’vais l’ré-écouter quand même une… une deuxième
fois passke chui pas sûr. Enfin j’pense que j’vais l’écouter encore
gratuitement. D’toutes manières j’ai qu’huit euros sur moi, donc heu…
comme ça c’est… c’est réglé. Sss… bon allez, à… ben… j’essaierai d’te…
d’t’envoyer un mail, comme ça de… de confirmation, hein ? Tsélmec. Bon
allez, ciao.

5. Sebil band

(Faïcel Iboudghacen / Nicolas Bruche) 5:20

Revenir à la liste des titres.

Ta da na na na na na
Ta ta na na
Ou ta
Ta da da ou ou da ha

Ta ta-ta-ka-ta…

**NB**
Alors ?… Kesse tu penses de ça ? Hein ? Faïcel ? Faïcel
Iboudghacen-ne ? J’parie qu’tu vas faire un solo d’guitare, après ça,
nan ? Hein ? J’me trompe ?

6. Les conseils du coach

(Faïcel Iboudghacen) 3:42

Revenir à la liste des titres.

**NB**
Ouais, salut Faïcel euh… J’voulais te d’mander un truc,
tiens. Ts. L’aut’ fois là, j’faisais un… footing, là, pis heu… ts. À
un moment euh… ts, j’ai fait un faux mouvement. Sss… du coup heu… j’me
suis un peu… tordu la… la ch’ville, hein. Comme on dit, hein. Et euh…
donc j’voulais savoir euh… kesse qu’y fallait qu’j’fasse comme euh…
comme mouvements, quoi, pour euh… sss… pour qu’ça aille mieux, quoi.
Hein ? Tu… kesse… ké… kesse tu m’conseilles, là ? Hein ? Vas-y,
j’t’écoute… Hein ? Vas-y…

**FI**
T’as pas grand chose à faire gros. Des emplâtres américains ! Chez Jay
Nico.

**NB**
Ouais ? D’accord. OK.

**FI**
Ouais. Faut qu’t’ailles chez Nicolas Jay !

**NB**
Ha ouais ?

**FI**
Bah ouais.

**NB**
Ha ouais, j’pensais pas.

**FI**
Pourquoi tu pensais pas ça ? Hmm ?

**NB**
Nan nan, j’t’écoute, j’t’écoute…

**FI**
Ben ouais… J’espère bien qu’tu m’écoutes ! Ensuite Viandox, c’est bon
en anti-inflammatoires non stéroïdiens. Et oui…

**NB**
Ha c’est marrant ça.

**FI**
Je sais qu’c’est marrant.

**NB**
Nan nan, c’est marrant passke le… J’en avais parlé à un aut’ mec, là
euh… à José, hein ? Sss… José, c’est un mec, c’est… il habite à… à
Rancennes.

**FI**
J’le connais !

**NB**
Ouais, tu… ouais, tu… tu connais pas José ? Sss…

**FI**
Mais si.

**NB**
Enfin, en fait, j’lui ai d’mandé… passke en fait, lui, il était prof
de sport avant. Enfin y… paraît, hein.

**FI**
Où ça ?

**NB**
Et lui, y m’disait qu’en fait y fallait mett’euh… du Viandox. Hein ?
Hu-huh. Y fallait enduire…

**FI**
Franchement, chui pas ouais…

**NB**
Ouais.

**FI**
Mmh. J’crois pas.

**NB**
Fallait euh…

**FI**
Mh.

**NB**
Enduire de Viandox, là… enduire la plaie… de Viandox.

**FI**
Ouais ? Hé-hé-hé-hé ! La plaie ?

**NB**
Enfin bon euh… Ché pas euh… ché pas c’que ça vaut comme conseil hein ?
Mais heu…

**FI**
Et gros…

**NB**
Bon. À toi d’me dire, après, hein. Mmmh ?

**FI**
Ouais.

**NB**
Kesse t’en penses toi ?

**FI**
Franchement, l’Viandox, c’est bon… j’t’ai dit en… ouais, en
anti-inflammatoires heu… sss… emplâtres euh… en… voilà heu…

**NB**
Ouais ouais.

**FI**
Perruque, quoi. Mais c’est tout, hein.

**NB**
Ouais, c’est bien c’qui m’semblait, ouais, ouais. Et euh… et sinon,
rien à voir mais j’voulais heu… ouais. C’est… hé. J’voulais te
d’mander heu… Quand est-ce que tu vas, toi euh… la prochaine fois dans
la pointe, là ? Passke… moi j’vais bientôt y aller en fait, là. Ouais.
Ouais, ouais j’y vais heu… la semaine prochaine. J’vais heu… sss…
Passke j’ai un… j’ai un concert à… à Heer-Agimont.

**FI**
Vache !

**NB**
Ouais. Au… ouais, chez Dudule.

**FI**
Il est encore ouvert lui ?

**NB**
Ouais. chez Dudule à Heer-Agimont. Et euh… sss… et du coup lô, j’y
vais passer la s’maine, quoi.

**FI**
Ouais.

**NB**
Hein ? J’vais en profiter pour heu… passer la semaine à… sss… à
Vireux, quoi.

**FI**
Ha, ben c’est bien, ouais. Mh.

**NB**
Et euh… du coup, j’voulais savoir si t’étais là, quoi, si tu… tu
r’passais dans l’coin, quoi ?

**FI**
Ouais ouais, tu peux passer m’voir !

**NB**
Hein ?

**FI**
Mh.

**NB**
Ouais ouais.

**FI**
Ch’rai là une semaine, j’pense. Normalement. Ch’rai là…

**NB**
OK.

**FI**
Mais ch…

**NB**
Ouais.

**FI**
Ouais, ça va être difficile de s’voir quand même, hein. Mais bon. Tu
vas essayer quand m…

**NB**
Nan nan nan ! Nan nan !

**FI**
Quoi ?

**NB**
C’est pas pour ça ! Ouais ouais ouais.

**FI**
Ben c’est pour quoi alors ?

**NB**
Ben ç… ça… c’est possible. Mais alors des fois, des fois y fait 40
degrés, des fois pas, hein ? Ouais. Sss…

**FI**
Hhh… Moi j’vais t’dire, faudrait quand même baisser la température de…
du chauffage intérieur, quoi. Après… ouais.

**NB**
C’est heu… Jaco, ouais. Jaco, ouais, qu’il l’a, ouais.

**FI**
Il l’a ? Hh… Kesse qu’il en a fait du chauffage, gros ?

**NB**
Il l’a… il l’a… il l’a… Ouais, ouais.

**FI**
Quoi ?

**NB**
Et euh… tu… tu… tu l’verras, mais c’est le… le mec qui huh… coiffé en…
brosse.

**FI**
Ouais.

**NB**
Ouais. Avec les ch’veux très très…

**FI**
Ha ! Ca m’dit un truc ça !

**NB**
Très blonds, très blonds, en brosse.

**FI**
Ouais ouais. Ça m’dit un truc.

**NB**
Mais par contre, y m’sure 1m20.

**FI**
Ouais ouais.

**NB**
1m20 donc tu… tu l’repéreras facilement.

**FI**
Ouais ouais. J’l’avais vu.

**NB**
Ouais ouais.

**FI**
Hm. J’ai failli lui rouler d’ssus.

**NB**
Et heu… dernière chose, Faïcel. Attends-tan-tan-tan-tan !

**FI**
Ouais.

**NB**
Quitte pas, quitte pas.

**FI**
Ouais.

**NB**
Dernière chose heu…

**FI**
Grouille toi va !

**NB**
Encore la SACEM, la… la SACEM, j’vais…

**FI**
Oui…

**NB**
J’voudrais rev’nir là-dessus passke je… sss… T’avais pas signé l’aut’
fois les… tous les papiers d’la SACEM. Ouais, nan, il en manquait, il
en manquait.

**FI**
T’t’fous d’ma gueul-le ?

**NB**
Ouais. Y’a un papier qu’t’avais pas signé.

**FI**
J’t’avais signé rien…

**NB**
En fait, je cherchais la… la, la… « héraclé », là, sur heu… Internet,
là. Mais j’ai pas trouvé.

**FI**
Ouais.

**NB**
Enfin je… Faudra qu’tu m’aides à… faudra qu’tu m’envoies l’lien, en
fait directement, là heu… « pharaon héraclé », passke je… sss… Nan,
j’le trouve pas.

**FI**
Ben faut qu’tu tapes… t’as Google, gros ? Nan ? Mh ?

**NB**
J’trouve pas, donc heu…

**FI**
T’as Google ?

**NB**
Euh… alors, j’aime pas trop qu’on s’foute de ma gueule, déjà, hein.

**FI**
Ben ouais, mais bon.

**NB**
Passke bon, ça va… ça va… ça va 5 minutes, hein ?

**FI**
J’ai pas dit « s’foute de ta gueule », j’t’ai dit « Google ».

**NB**
Mais heu… la prochaine fois tu… tu… tu… tu…

**FI**
Ouais ?

**NB**
Tu f’ras ça heu… hein, directement, pis on en parlera plus, quoi,
hein.

**FI**
Google…

**NB**
OK, allez.

8. Super ta messagerie

(Nicolas Bruche) 1:28

Revenir à la liste des titres.

**FI**
Super ta messagerie. Hmm ? Bon. C’est Faïcel. Tu m’rappelles là ?
J’vais descendre à Givet. Allez, ciao.

Alors, y répond plus au téléphone ? Tsélmec, qui parle à la troisième
personne. Y répond plus ? Hein ? Kesse ki lui arrive, là ? Il est
parti ? Tsélmec qui parle et… tout le temps qui… quoi. Bon allez,
j’arrête. Nico, j’espère qu’ça va. Ça fait une paye qu’j’t’ai pas eu
au téléphone, donc heu… Dès qu’t’as l’occas’, tu r’passes un coup
d’fil. OK ? Allez, à plus tard, ciao.

Bonjour Monsieur… euh… voilà… vous m’avez contacté, là euh… suite à
l’annonce que j’avais déposée sur euh… sur le bon coin euh… le 08 euh…
le… journal « le 08 ». Donc je vendais bien euh… en fait une Fender
Stratocaster. Donc heu… elle est heu… américaine, mais j’l’ai poncée.
Voilà. J’l’ai poncée, j’ai enlevé tout l’vernis. Et… puis et… j’ai
aussi poncé l’manche. Hein ? J’l’ai poncé passk’y me… y m’déplaisait,
y était un peu épais. Donc heu… donc ben, j’l’ai un peu personnalisé,
quoi. Donc ch… j’ai pris un marqueur, de… chez Givet, là euh… chez
euh… Itucci. Itucci. Et pis j’ai… j’l’ai peint. Hein ? Donc heu… enfin
si ça vous convient. Enfin voilà… Bon le prix n’est pas fixe et
négociable. OK, dans la limite du raisonnable. Et puis heu… J’peux
vous livrer ça, en fait, par heu… par Western Union, quoi. Enfin, si
c’est possible, quoi. Hm ? Bon allez !

9. Pantin

(Nicolas Bruche / Faïcel Iboudghacen) 8:22

Revenir à la liste des titres.

**FI**
Ha ha ha ha !

**NB**
Ha ha !

**FI**
T’as entendu ? Hé hé hé ! C’était du n’im-porte quoi ! Ha ça, ça va
s’en r’ssentir, gros.

Ha ha ha ha ha ha ! T’as vu l’truc gros ? Ha ha ha ! Ha, c’est bon,
ouais. Tu vois, c’est l’solo, quoi…

**NB**
Ouais, c’est bon ça.

Très bon ça !