Tous les albums
AAA (autonomie, anationalisme, athéisme)
NBFI : le comme bac
Fistule vs. NBFI

NBFI — Bienvenue à Falmignoul — NBFI vous propose une rétrospective

Bienvenue à Falmignoul — NBFI vous propose une rétrospective

Album sorti le lundi 7 juin 2021.

Et voici le dernier album de NBFI : une rétrospective inédite de leur parcours depuis l’an 2000 − 1. Vous allez être coiffés en mode brushing, surtout si vous vous faites couper chez « Coupe Tif’ » par « Herr Bruch’ ». À écouter de préférence sur votre lit de mort, méga-défoncé aux amphét’ et les doigts dans le nez…

Pour obtenir une copie numérique de cet album, envoyez-moi un message à <nbruche@riseup.net>. Soyez patients, je peux mettre plusieurs jours avant de vous répondre. Vous êtes autorisés à copier cet album et à le distribuer, tant que l’utilisation n’est pas commerciale, sous condition d’indiquer les auteurs et de respecter la licence.

Licence Creative Commons

Crédits

Pochette

cover/a.jpg

cover/b.jpg

cover/c.jpg

cover/d.jpg

cover/e.jpg

Textes

2. NBFI à la rescousse de Dadounet

(Faïcel Iboudghacen) 2:16

Revenir à la liste des titres.

**FI**
On est là, on est arrivés, là. NBFI, on est là. Hein ? T’es là aussi,
toi Nico ?

**NB**
Ouais, ouais, chui là, ouais, sss… dans la… dans la place ! Comme on
dit. Tsélmec.

**FI**
Ouais, ouais, on est venus pour aider notre pote… face à… aux
Philippines. Hein ? La Belgique vs. les Philippines. Avec mon pote
Nicolas Bruche, là. Qu’est-ce t’en penses, Nico, toi là ?

**NB**
Sss… ouais c’est moi, Nicolas Bruche. Ouah, moi, j’en ai… pas grand
chose à carrer, hein… comme… comme d’habitude, hein. Tu peux t’en douter.

**FI**
Bon, on va s’attaquer à Billy Crawford.

**NB**
Ouais, ouais.

**FI**
Il a fait du mal à notre pote David.

**NB**
Sss… ouais.

**FI**
Il l’a rendu tristounet le Dadounet.

**NB**
Hé hé hé hé… sss…

**FI**
C’qu’on va faire, c’est que… on va l’prendre… sss… Moi, j’vais essayer
d’le prendre à revers. Après, j’pense que Nico… qu’est-ce tu penses,
toi d’ça, Nico, là ?

**NB**
Ouais, ouais. Sss… nan, c’est pas mal, ouais, prendre à revers ! Moi,
j’aurais bien tenté une clé d’bras. Tu sais, avec la tête retournée,
là euh… comme t’avais fait avec euh… « Messe Basse ». Ouais. Ouais…

**FI**
Ouais. Et ensuite, j’pense qu’y va falloir que… tu vois, moi j…
j’pense qu… j’pense quand même…

**NB**
Ouais ?

**FI**
Moi, j’vais lui bloquer les épaules.

**NB**
Ouais, ouais, pas mal, pas mal…

**FI**
Euh… toi, tu vas lui mettre un coup d’tête, mais par l’arrière. En
traitre, quoi.

**NB**
Ouais, ouais, c’est ça !

**FI**
En vicelard, hein ?

**NB**
Ouais, ouais. Ouais.

**FI**
Sss… en vicelard.

**NB**
Carrément.

**FI**
Ensuite, moi c’que j’vais faire, c’est qu’j’vais le… j’vais l… j’vais
l’ceinturer. J’vais l’ceinturer, l’gros.

**NB**
Ouais, ouais…

**FI**
J’vais être obligé d’le ceinturer, pendant qu’toi tu le… sss… tu
l’martyrises, quoi. Hein ?

**NB**
Ben… j’l’achève, quoi. D’façon euh… j’vais lui mettre un… gros coup
d’tatane dans sa gueuuule… Hein ? Comme on dit. Sss…

**FI**
NBFI, on est pas des guignols, les mecs.

**NB**
Et non, et non.

**FI**
Vous croyez qu’on sort d’où, là ? Dis leur un peu Nico, d’où on sort…
d’la… d’la, d’la… d’la Pun-ta. Heiiin ?

**NB**
Hein ? Sss… C’est, c’est… c’est pas compliqué hein… j’te l’donne en
mille. On sort du trou du cul du monde, c’est à dire de…
Falmignouuul !

**FI**
C’est pas l’autre guignol de DJ Fistule qui va dire l’contraire, hein.

**NB**
Et non, et non. Et d’ailleurs euh… t’as des nouvelles de… Fistule ? Tu
l’vois un peu en c’moment ? Parce que moi ç’fait un bail que j’l’ai
pas vu, bon…

**FI**
NBFI.

**NB**
Sss… ouais. C’est nous.

**FI**
Ah… c’est plus qu’un comme bac.

**NB**
Et non.

**FI**
Dans les bacs !

**NB**
Le re-tour du comme bac.

**FI**
Avec Nico mon… pote.

**NB**
Le fils du retour de ta mère en slip.

**FI**
Nicolas Bruche.

**NB**
Ouais…

**FI**
Débile mental…

**NB**
Sss… c’est ça ouais, c’est ça.

**FI**
Bon… allez… un p’tit clin d’œil quand même à not’ pote… sss… DJ
Fistule.

**NB**
Et ouais.

**FI**
Parce que là, il est… il s’est bien énervé tout à l’heure contre…

**NB**
Sss… c’est vrai, c’est vrai.

**FI**
… contre les Angliches, là, ouais, ça va pas… Donc, là, maintenant,
j’laisse la place à Nico, qui va clôturer c’morceau !

**NB**
Sss… nan, mais j’voulais dire que j’étais vraiment content d’être
venu, hein. Merci pour l’invit’, Faïcel. Et puis ben… écoute… j’vais
t’dire… salut !

3. Renouveau

(Faïcel Iboudghacen) 4:54

Revenir à la liste des titres.

**FI**
Ouais, Faïcel aux platines. Faïcel Iboudghacen. Le nouveau rappeur qui
va défier Jul’. Au niveau de… ben, de tout, quoi. Ss… j’vais vous
poser un flow, attention, ça va être un flow fantastique. C’est pas un
flow riant, c’est un flow… ha ! Un flow d’rappeur…

Éjaculer sur la place Belcourt
Y’a que des nounours qui se baladent
Ouais ! Et ouaich
Des gros nounours
Un p’tit peu… marrons et beiges
Et aussi, ils aiment chiller
Et on chille
En regardant Instagram
Et ouais FesseBouc est là
Pour nous sauver la vie
De tous ces gens pourris
De tout ce monde pourri
Tout est pourri
Moi chui un rappeur
Et oui j’dis qu’c’est pourri
Et ouais, si c’est pourri
Il faut vraiment
Essayer de changer le monde (x2)

Et oui tu essayes de changer le monde
En essayant d’rapper comme tu peux
Avec les moyens du bord
Équipé d’un Bescherelle

Ouais Faïcel, vas-y… vas-y, balance, balance ton flow !… Balance ton
flow-ha !… Allez… j’vais faire appel à DJ Fistule, parce qu’il est
quand même un peu… un peu meilleur que moi, là l’gros ! Allez, DJ
Fistule ! À toi…

**DJ Fistule**
Ouais…
C’est comme ça la vie
Avec DJ Fistule
Et quand on va à Intermarché à Givet
Et qu’on va acheter des moules
Des moules-frites
À ton avis, c’est pour quoi faire ?
Hein ?
Des moules-frites ?
C’est pour s’en mettre plein les moustaches
Les moustaches

Tout l’monde en a, des moustaches !… Et oui, va !… Allez, hé hé hé
hé !…

**FI**
Allez, Dédé ! À toi, Dédé…

**Dédé**
Oh oui, c’est moi, c’est Dédé
Et j’aime bien rigoler
Ha ha ha ha !
J’adore rigoler avec Faïcel
Parce que c’est un mec très cool
Et Sami Candy
Qui est complètement alcoolisé
Avec de la Rochefort 8°
Il aime la Rochefort 8°
Et le fromage de chèvre
Et oui le fromage de chèvre
Mais pas n’importe quel fromage de chèvre
Celui d’Intermarché
Vous croyez que à Intermarché
On vend que d’la merde
Et ben non
Parce que Dédé, il aime bien acheter sa bière là-bas
Et oui

**FI**
Allez, prochain invité, maintenant, on va appeler Nicolas Bruche…

**NB**
Rhh… hu… khh… beurh ! Ouais, ouais ! Ouais, salut Faïcel ! Ouais,
ouais… ça va, ouais… bon. Euh… écoute, ouais euh… sympa ton morceau,
là. Sympa, hein je… j’ai… j’ai écouté, là sur euh… Bandcamp, là.
C’est… c’est vraiment sympa. Sss… euh… en revanche, là, tu… tu
m’prends un peu d’court, en fait, parce que là je… j’découvre le
morceau, là, j’ai même pas écouté l’début, en fait. Et là, je…
j’arrive en plein milieu, pis tu m’demandes de parler, en fait… sss…
Donc, ça va être un peu compliqué pour moi. Hein, tu m’prends un peu
d’court. Donc heu… Ça la fout mal ! Hein, ça la fout mal ! Là c’est…
ça va pas du tout. Tu t’fous d’ma gueule ? Tu t’fous d’ma gueule ?
Bon. C’est euh… voilà. J’ai qu’ça à dire. Parce que bon, là euh…
clairement, euh… tu prends les gen… les gens pour des cons. Ha… bah…
c’est ça, bah… j’ai envie d’dire, voilà. Hé… c’est euh… À un moment
donné, il faut appeler les choses comme elles sont. Voilà. Faut
appeler un chat un chat, un chin… un chien un chien, euh… un Indien un
Indien, euh… un chapeau un chapeau, et j’ai envie d’dire, ben voilà.
Donc là le… là, j’ai mon micro. Le micro, le micro. Et le micro, ben,
il est… il est prêt, mais moi, le… le… le mec, il est pas prêt, tu
vois. Donc, j’ai pas grand chose à dire. Donc là… ça va être compliqué
pour moi, là de… de… d’improviser, parce que, bon euh… c’est pas euh…
ça s’fait pas comme ça, quoi. Hein, c’est… c’est, c’est pas… c’est pas
simple comme ça, voilà ! C’est… voilà. Y’a des choses qui s’font et
des choses qui s’font pas. Donc, à un moment donné, il faut réfléchir
à ces choses là, et moi je dis, bon ben voilà, allons-y, quoi !
Allons-y et… marchons, quoi ! Droit devant, ça la fout mal ! Ça la
fout mal ! Et pis euh… bon. Hein ? Tu t’fous d’ma gueule ! Tu t’fous
d’ma gueule. Donc, les gens qui s’foutent de ma gueule, moi j’leur…
j’leur dis : « Ça la fout mal ! ». Voilà, parce que, bon euh… à un
moment donné, c’est… c’est pénible ! C’est pénible d’avoir toujours
les… les mêmes… les mêmes re… choses. Rabacher tout l’temps la même
chose, voilà… c’est, à un moment donné, il faut… il faut euh… bon,
c’est… c’est… c’est chiant, quoi, bon. Donc voilà. Donc voilà, ç… tout
ça pour dire que voilà, moi j’suis content, moi j’adore écouter ton
morceau sur Bandcamp, c’est génial, j’adore, j’adore Bandcamp, et pis,
à un moment donné, il faut savoir dire, s’arrêter, et pis bon… ben
dire… voilà ! Bon, en tous cas… en tous cas, super ! Merci, j’adore,
c’est super, génial ! J’ai kiffé !… Super ! Allez, on r… on r’met ça
quand tu veux. Allez, salut hein !

4. Dans la boîte, près du micro chevalet

(Brian Holland / Lamont Dozier / Eddie Holland / Nicolas Bruche) 4:23

Revenir à la liste des titres.

**FI**
Allô ?

**Gédéon**
Ouais, salut, c’est Gédéon.

**FI**
Oui… Ça va Gédéon ?

**G**
Ouais, attends trente secondes…

**FI**
Ouais.

**G**
*Ouais, j’en ai d’autres. Si tu veux passer voir à l’occasion.*

**FI**
Hh…

**G**
*OK. Merci ! À plus.* Euh ouais, pardon.

**FI**
Ouais. Dis moi…

**G**
Euh… j’voulais dire, pour ta guitare, c’est bon, j’ai fini.

**FI**
Ouais ? Super.

**G**
Donc, j’ai bien tout baigné euh… le… le switch. Le potard de volume,
j’l’ai r’serré et tout euh… là, ça répond bien, là.

**FI**
Ouais. OK.

**G**
Tous les micros, ça marche correct. Euh… y’a juste un truc, c’est la
position la plus aigüe euh… tout en bas…

**FI**
Ouais ?

**G**
… du switch, y’a le… la tonalité qui répond euh… presque pas, en fait.
Euh… c’était comme ça ou euh ?…

**FI**
Euh… non non, c’était pas comme ça, non. Non non, je… tous les trois
micros euh… répondaient, mais la tonalité aussi, hein, j’crois. Après,
t’sais moi, la tonalité, j’y touche pas des masses, mais euh…

**G**
Ha ouais… parce qu’en fait, là, y’a la position… la dernière position
aigüe…

**FI**
Mh ?

**G**
Euh… enfin… après, c’est p’t être ton ampli aussi, qui capte pas assez
les aigües. J’ai l’impression que… j’ai l’impression qu’ça bouge…
qu’ça change pas grand chose… ni l’une des tonalités, ni l’autre.

**FI**
D’accord. Et tu sais c’qu’y faut faire ?

**G**
Bah… prt. J’en sais foutre rien. Si, faudrait… mais là, faudrait tout
démonter.

**FI**
Non, mais après, la tonalité, j’t’avouerais qu’j’m’en… j’m’en sers
pas, moi.

**G**
Bah, elle marche bien sur les… les, les… premières positions jusqu’au
milieu. Celle du milieu, elle prend bien les deux. Après, tu descends
euh… après celle du milieu, ça fonctionne… avec celui du bas.

**FI**
Ouais.

**G**
Et pis, y’a qu’la dernière position où c’est… c’est bizarre, mais ça…
Normalement, ça d’vrait pas, parce que c’est tout sur l’même circuit.

**FI**
Ouais, ouais… et ben. Après, p’t être que c’est ton ampli, hein ? Mais
laisse comme ça, euh… laisse, laisse !

**G**
Ouais… en fait j’avais… j’ai commencé sur l’ampli basse, ça s’sentait
pas du tout. J’ai essayé sur le… le Custom, le guitare… là, on voit
bien la différence. Donc, j’me dis qu’un… un ampli qui prend encore
plus les aigües euh… peut être que tu verras encore plus la
différence.

**FI**
OK. Bon, ben écoute… j’verrai ça à c’moment là, alors. Mais… laisse
tomber, hein. Te casse pas la tête avec ça. J’passerai la récupérer
tout à l’heure. Ouais ?

**G**
Et… ouais, alors, quand ? Parce que… j’vais chercher Seya normalement
euh… à 6 heures et demi. De 6 heures et demi à…

**FI**
Assez tard le soir, t’inquiètes pas. Plus tard. Tu vois, comme ça,
j’vais bosser, là. OK ?

**G**
Ouais, OK, d’ac’ !

**FI**
Voilà. Bon, ben c’est cool. Merci !

**G**
À plus, ciao !

**FI**
Allez, à plus… ciao !

**NB**
Allô ?

**FI**
Ouais… alors… t’as écouté ? Hh… ha ha ha ! T’as écouté ?

**NB**
Avec Gédéon, là… Ben oui, j’ai écouté.

**FI**
Ha ha ha ha !…

**NB**
Avec euh… la tonalité, là ? La tonalité, là.

**FI**
Hé hé ha ha !… Ouais, on comprend rien. En fait, t’sais c’qu’y fait,
l’mec ? Tu sais c’qu’y fait ? J’l’appelle. Et… tsé au… b… le… le…
message, là qu’t’as ?

**NB**
Ouais, ouais.

**FI**
J’l’appelle, mais en fait, quand tu… quand tu r’gardes, y m’parle pas,
quoi. Y m’dit : « Attends… ». Y décroche, et y parle à quelqu’un
d’autre.

**NB**
Ouais.

**FI**
Ha ha ha !…

**NB**
Ha ha ha !…

**FI**
T’sais l’mec…

**NB**
« Salut ! ’ttends, ’ttends, ’ttends… ». Ha ha ha !

**FI**
Ha ha ha ! « Attends, attends… ». Hhh, ha ha ha !… T’sais, y t’laisse
au bout du fil, quoi ! Y t’laisse au… et y parle, en fait.

**NB**
Ouais.

**FI**
Haa !… Après, y t’dit : « Ouais, ben ta guit… ».

**NB**
Ouais. « Attends, ’ttends… ».

**FI**
Hein ? Ouais, c’est ça : « Attends, ’ttends… ».

**NB**
« Bouge pas, bouge pas… ».

**FI**
Ha ha ha… « Bouge pas… », oui. « Bouge pas. ». Après, j’comprends
rien, après. Je ne comprends rien.

**NB**
Ouais, ouais, c’est ça, y parle… techno, techno, là…

**FI**
Ouais, et pis tsé… c’est un peu… space, quoi. Et… c’est… ’fin, j’me
suis dit, allez, j’vais l’enregistrer, l’loustic.

**NB**
Ha ha ha…

**FI**
Dans… il est… dans la boîte ! J’vais l’mettre dans la boîte ! Il est
dans la boîte !

**NB**
C’est bon ça.

**FI**
Ouais, c’est bon.

**NB**
…

**FI**
De quoi ?

**NB**
J’l’ai sauvé, là. J’ai tout gardé, là. Tous les messages.

**FI**
Hé hé !…

**NB**
J’vais faire une compilation de…

**FI**
Ha ha ha !…

**NB**
… des messages…

**FI**
… des messages de Faïcel Iboudghacen. Et ses acolytes. Ouais ouais…
Nan mais… en plus, t’sais, la qualité elle est bien, quoi. T’sais euh…
on entend bien euh… on entend bien la voix, alors que la dernière
fois, nous, quand on avait fait euh… comment dire… dehors, tu vois ?
Et ben, c’est… t’sais, avec le… le vent et tout ça, ça f’sait un peu
bizarre, la qualité. Voilà.

**NB**
Ah oui, c’est vrai. Nan, mais là, c’est bien…

**FI**
Ouiii… Tu m’comprends ? Tu m’suis ? Tu m’suis ? 

**NB**
Hhhh, ha ha ha ha !…

**FI**
Hhhh, ha ha ha ha !…

**NB**
Tu vois où j’veux en v’nir, là ? Ça la fout mal !

**FI**
On prend pas les mêmes directions. On prend pas les mêmes directions,
tous les deux. On prend pas la même direction. Fais attention !

**NB**
Nan nan, mais je…

**FI**
Tu cours à la catastrophe ! Qu’est-ce qu’y a ?

**NB**
T’inverses les rôles, là ! T’inverses les rôles, là !

**FI**
Ha ha ha ha !… Ha ha ha ha ! T’inverses les rôles, ouais !

7. Gilet jaune

(Luiz Bonfá / Antônio Maria / Nicolas Bruche) 21:36

Revenir à la liste des titres.

**NB**
Sss… ouais, salut Faïcel euh… Dis-moi euh… on t’a pas vu l’aut’ fois,
à la manif, là. T’es pas v’nu, là ? Qu’est-ce qu’y s’est passé ? Sss…
tu sais, là, j’t’avais dit, là, pour la… la manif’, là euh… la manif’
à Bourges, là. T’sais, on… avait rendez-vous, là euh… devant le…
devant l’kébab, là… à 9 heures. Sss… euh… avec le… avec la cagoule,
les gilets, ’fin le… tout l’… tout l’attirail, quoi. Le, le…
l’attirail complet du… du bon manifestant. Mais, sss… bizarrement,
j’t’ai pas vu, ’fin ché pas, tu… t’as… tu nous as fait faux bond.
Hein, comme on dit, faux bond, hein. Et euh… sss… ché pas, kesse…
c’est… c’est quoi ton problème ? C’était… c’est… t’es malade, quoi, tu
fais la gueule ? ’fin, c’est… ff… ché pas, dis-nous, explique nous,
quoi, qu’on… qu’on comprenne un p’tit peu, quoi. Merci, ouais.

**FI**
Qu’est-ce tu veux comprendre, toi exactement ? Qu’est-ce que t’as à
m’prendre la tête, là, hein ? Sur mes revendications, là, hein ? Tu
veux savoir quoi ? Et, déjà, moi j’étais à la manif’, mais après
c’est… on était pas sur le même… sur le même stand, tsélmec. Mais…
j’ai commencé… j’arrête ces conneries, là, j’arrête toutes… toutes mes
conneries. Je… tout ça, ça m’gave à un moment donné euh… Les
revendications politico-techniques ne sont plus de… comment dire, de
mon ressort. Tu vois ? Et… c’qu’y s’est passé, c’est qu’je… tu vois,
j’ai abandonné le… j’ai quitté l’navire, quoi. Comme dirait euh… comme
on dirait dans la… dans la Punta. J’ai quitté l’navire. Maintenant
euh… maintenant toi euh… toi, j’t’ai pas vu non plus, parce que, à un
moment donné, j’avais un pavé dans les mains. J’voulais t’le lancer en
pleine gueule. Euh… ’ske j’sais très bien qu’t’es… que… au, au fond…
au fond d’toi même, t’es un CRS, hein. Nicolas Bruche. Je sais qu’t’es
un CRS. T’es un putain d’CRS. Hein ? Tu crois quoi, quoi ? Hein ? Hein
gros ? Moi chui un gilet jaune, moi. J’ai… j’ai 8 gilets, moi. J’ai 8
couleurs différentes. Mais j’aime bien l’jaune quand même. J’en ai un
vert, j’en ai un… un rose fluo. J’ai du fuchsia. Tu l’connais
l’fuchsia ? Bon. Ha ouais, les fuchsias, t’sais c’que c’est ? C’est :
« Je revendique le… comment dire, la… la perte des feuilles en
automne. ». Et ouais, gros. Hé ouais… Et si tu commences à vouloir
m’prendre la tête, tu vas voir, j’vais… j’vais mettre un gilet noir.
T’sais c’que c’est qu’ça, les gilets noirs, gros, hein ? Et ben, c’est
contre la fermeture des usines Tréfimétaux, Chimotex, Célatex et
Fulmitex. Et du coup, voilà quoi. Après euh… après, si tu veux qu’je…
que j’insiste encore un tout p’tit peu plus sur le débat, ce débat qui
est politico-technico-commercialo-euh… fondamentalo-euh… italiano,
j’vais t’dire, j’vais t’dire gros, t’as… t’es pas sorti d’l’auberge,
mon pote. Tu vois, parce que j’ai… exactement un gilet de couleur
fuchsia, comme j’te disais tout à l’heure, et j’en ai un autre qui est
orange, et c’est contre la défense, et pour la défense, et contre la…
non-défense du FC Flohimont, ts euh… voilà et de Patrice Charrot,
voilà qui est… qui a les cheveux oranges, donc on a… Et pis voilà, les
chaussettes de foot de Flohimont, c’est orange. Maintenant voilà,
c’est à… si tu veux m’prendre encore la tête là-d’ssus, hein gros…

**NB**
Ouais… ouais, ouais, ouais.

**FI**
Tu… tu m’entends, là, c’que… c’que chui en train d’te, d’te… d’te
dire, là ?

**NB**
Ouais, ouais, ouais… Ouais j’t’entends.

**FI**
Si tu continues à m’prendre la tête là-d’ssus…

**NB**
Ouais ?… Ouais. Sss… ouais, ouais. Ouais.

**FI**
… et ben, j’vais être obligé, si tu veux, de… ben de v’nir te voir,
quoi. Dans ton bled pourri, là, où tu cultives des carottes, qui sont
aussi oranges, hein. Qu’est-ce t’as à dire là-d’ssus toi, hein,
branleur ?

**NB**
Sss… écoute, j’comprends, j’comprends tout à fait c’que tu dis euh…
Écoute, je… My mistake. My mistake is for me. Euh… je pense que t’as
raison. Donc euh… j’te présente toutes mes excuses, vraiment euh… sss…
j’me sens balleux, ballot, voilà, ballot, comme… ballot. Ss… et euh…
non mais j’pense que t’as raison sur le… la globalité de… de c’que tu
dis. On peut, on peut en… en déduire c’qu’on veut, hein, mais euh…
globalement j’pense que l’idée est là. Euh… t’as… t’as tout à fait
raison. Sss… euh… néanmoins, nonobstant, j’pense qu’on peut… clarifier
un peu l’point, c’t-à-dire que bon, souvent on voit des… des virgules
souscrites ou des ronds en chef. J’pense que c’est pas la peine d’en
faire un plat. Globalement, hein, tu vois, quand on est en haut
d’l’écran, en haut d’l’affiche, j’pense qu’on peut dire qu’on a… qu’on
a investi un restaurant-bar-épicerie. Sss… y’a pas d’soucis avec ça.
J’pense qu’on peut vraiment y aller, hein, tu vois, y’a pas d’soucis,
c’est… c’est clair comme de l’eau d’roche, quoi, hein, vraiment. Et
euh… c’que j’voulais dire encore, c’était vraiment euh… ne pas hésiter
à… à en faire trop, et ne pas hésiter à faire des… des, des longues…
des longues phrases, tu vois, qui veulent rien dire comme ça, et
vraiment, ça… ça… ça fait du bien, parce que… Souvent, on… on… on
n’ose pas l’faire, en fait. Et… c’… c’est quand même pas mal,
j’trouve. Parce que… qu’est-ce qui nous empêche de l’faire ? C’est ça.
Et quand on est dans un retour arrière… retour arrière, et ben c’est…
c’est là… c’est là qu’on… qu’on s’rend compte que les… les crayons 4
couleurs, y sont vraiment… importants pour nous. Mais, ça après j’te…
j’te laisse… T’en parl’ras mieux qu’moi, j’pense. Mais… qu’est-ce qui
fait de nous que… qu’est-ce qui fait qu’on… qu’on… que quand y pleut
dehors, ben on… on s’retrouve à l’intérieur ? Et ça, j’comprends pas,
tu vois. C’est un truc, faut qu’tu m’expliques, parce que je… je…
j’arrive pas à… à m’imaginer. Et euh bon, j’te laisse… tu vois…
expliquer ça euh… à nos auditeurs. J’te laisse. Merci Faïcel. Sss…

**FI**
Nicolas Bruche… (x2)
Tu sais qui te parle ?
C’est le Dieu des gilets jaunes !
C’est DJ Fistule !
De Falmignoul !
Je t’envoie un message de l’au-delà
Au-delà de tes rêves
Au-delà de ton imagination la plus profonde
Gros sac !

Regarde bien autour de toi maintenant, pendant la manifestation qui
aura lieu samedi prochain à « Bourges-en-Bresse ». J’espère que t’iras
chercher des poulets de Bresse, qu’on puisse se faire un p’tit
barbeuc’, tranquillou Milou. Et oui… moi j’adore les poulets, les
poulets sauce andalouse. Et ouais, sauce andalouse, c’est la sauce des
Ardennais, tu l’sais, ou des Belges, et qu’on mange des frites et des
frites, et toujours des frites, sauce andalouse, hein, qu’ce soit
samedi, dimanche ou les fêtes. On n’en a rien à s’couer, nous, hein !
Et ouais… Falmignoul…

Le Paradis sur Terre
Pour les pommes de terre

T’as vu comme ça rime ? Et ouais, chui pas Victor Hugo, mais bon,
c’est pas loin quand même. T’as des rimes, toi, à m’faire toi ? J’en
suis sûr qu’t’es balaise, toi Nicolas Bruche, au lieu d’me prendre la
tête avec toutes tes revendications à la con, là. Hein ? T’sais c’que…
c’qu’y va s’passer bientôt pour nous ? J’vais t’envoyer en Enfer… Tu
entends cette voix d’outre-tombe… Et ouais, mais chui toujours vivant,
les mecs. Et oui… Surtout sur un morceau qui dure 22 minutes. Il est
complètement cinglé c’ui-lal. J’vais lui laisser la parole à c’ui-lal.
OK ? Alors ? Qu’est-ce que ça veut dire ? C’est quoi ces morceaux
d’timbré, là ? Avec des solos de timbré, comme d’habitude, qui riment
à rien. Vas-y parle. Allez parle, parle…

**NB**
Ouais, ouais, non, mais c’est… j’vois c’que tu veux dire. En fait,
c’est parce que c’était euh… c’était à l’époque, tu vois, j’faisais
le… le… les albums, ça s’appelait euh… « Reason in Live ». Ça veut
dire qu’en fait, je… je… j’composais les morceaux en direct, tu vois.
Et que… c’était que du live. Ouais tu… que du live ! Donc, du coup
euh… j’partais de rien, ou des fois d’juste une petite boucle à la
con, et euh… j’composais l’morceau comme ça. Tu vois, j’rajoutais des…
des éléments, au fur et à mesure, des… des trompettes euh… des… des
claviers euh… des voix, je sais pas. Et euh… c’qui fait que ben… quand
tu ré-écoutes ça comme ça maintenant euh… tu t’dis ben : « Ho ! Putain
la vache… c’est vach’ment long ! », quoi. Alors qu’en fait, ben, c’est
juste un… c’est un… c’était un… y’avait une démarche derrière, tu
vois. C’était… c’est…

**FI**
Nicolas Bruche est un débile mental…

**NB**
Ouais. Ouais. Ouais, ouais… Ouais, ouais, ouais… Sss… écoute, c’est
comme ça, hein.

**FI**
Nicolas Bruche est un débile mental…

**NB**
Et ouais ! Hé, on s’refait pas, mon vieux. On s’refait pas. C’est
comme ça. C’est la vie !

**FI**
Nicolas Bruche est un débile mental…

**NB**
Ouais… Faïcel Iboudghacen est complètement cinglé…

**FI**
Nicolas Bruche est un débile mental…

**NB**
NBFI… (x3)

**FI**
Nicolas Bruche ?

**NB**
Ouais, ouais, ouais, ouais !… Quoi, quoi, quoi, quoi ? Kesse qu’y a ?
Kesse qu’y a ? Kesse qu’y a ? Kwa-kwa-kwa-kwa-kwa !…

**FI**
Nicolas Bruche…

**NB**
Le Mulot !

**FI**
Nicolas Bruche…

**NB**
Ouais… Faïcel Iboudghacen ! Kesse t’as, là ?…

**FI**
Oui… tu as peur de moi… Je l’sais…

**NB**
Nan… j’ai pas peur de toi !

**FI**
… au fond de toi-même, tu es effrayé. Hein ?

**NB**
Mais non… Kesse tu racontes ? Arrête tes conneries, là ! J’y crois pas
là, qu’est-ce qu’y raconte, le mec, là ? Ha ben le mec ! Franchement
hein… il est pas à une connerie près, quoi. Parce que… pour dire des
conneries comme ça, nan mais sérieux mais… non mais, non mais je… non
mais… non mais je rêve, quoi ! Non mais ! Non mais je rêve quoi ! Ha !
Non mais ! Ha ha ! Non mais c’est pas possible quoi !… Hou… Ay-ah…
Sérieux, le morceau s’appelle « Gilet jaune » en plus, quoi. Et là, on
est parti complètement…

**FI**
J’connais pas l’mec qui est en train d’parler, mais quand même il… en
ra… il en débite, des conneries, hein. Il en débite grave, hein.

**NB**
Mais ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Kes… quoi, qu’est-ce qu’y dit ? Quoi ?

**FI**
Bon euh… chui bien content d’faire un nouveau morceau avec euh…

**NB**
Ouais… Ouais. Sss… c’est ça ouais. Ouais…

**FI**
… avec l’autre… l’autre tocard là, d’Nicolas Bruche là, qui commence à
m’prendre la tête et qui me… ben qui… qui m’fait bien chier quand
même, faut bien l’dire…

**NB**
Quoi ?

**FI**
… qui m’fait bien chier. Y m’… y m’appelle quasiment tous les jours.

**NB**
N’importe quoi. N’importe quoi !

**FI**
Euh… et… ça commence à bien faire, quoi. Donc, j’crois qu’j’vais…
déposer une main courante…

**NB**
Ouais. Ouais, c’est ça, vas-y, vas-y ! Vas-y là, j’t’attends, là !

**FI**
… auprès du commissariat d’police d’Orléans.

**NB**
Ouais, c’est ça ouais. Orléans ? Bourges ?

**FI**
Et… je sais pas. On verra. On verra c’que ça va donner. Est-ce que…
est-ce qu’y vont donner suite à l’affaire ?

**NB**
Ouais… j’crois pas, nan.

**FI**
Est-ce que ce sera une affaire classée ?

**NB**
Mouais. Affaire de merde.

**FI**
Est-ce que ça va être… reporté à euh… ultérieurement, à plus tard ?

**NB**
Annulé, mutilé !

**FI**
C’est… là, y’a rien… y’a rien d’bien sûr, quoi.

**NB**
Sss… Ouais.

**FI**
C’qui est sûr, c’est que… c’est que parler comme ça dans l’vide sur un
morceau d’22 minutes, ça commence vraiment à m’prendre la tête, quoi.
La prochaine fois, tu m’f’ras un morceau d’4 minutes 30, si c’est
possible. OK ?

**NB**
Hh, hh… Ha ha ha ha !… Rhé rhé rheuuh !…

**FI**
Parce que là, j’commence à p’us avoir de salive, là. Et puis heu… et
pis voilà. Donc, j’vais… j’vais m’taire, j’vais la boucler. Et toi
aussi, faudrait qu’tu la boucles un peu, et on va laisser place à… à
d’la zik’. OK gros ?

**NB**
Ouais.

**FI**
Hein ? Allez.

**NB**
Ouais.

**FI**
À plus tard.

Faïcel, je suis coach… sportif « En forme à Lyon ». Euh… y’en a
certains… d’entre vous qui… qui doivent me connaître, si y viennent
euh… faire les séances coachées euh…

(x3)

Bonjour ! Euh… je… me présente, j’m’appelle Faïcel, je suis coach
sportif « En forme à Lyon ». Aujourd’hui, on va réaliser une séance
qui va durer un vingtaine de minutes. Et… une séance qui va être un
peu globale, que vous pouvez réaliser à la maison et… qui va vous
permettre d’être… d’être… de s’préparer pour euh… pour vos futures
euh… échéances sportives. Allez, on démarre par un échauffement…

2… 3… 4… 5… 6… 7… 8… 9… 10…
11… 12… 13… 14… 15… 16… 17… 18… 19… 20…
21… 22… 23… 24… 25… 26… 27… 28… 29… et 30 !
Allez !

— Écoute Philippe ! Faut pas m’en vouloir ! Pourquoi es-tu après moi ?

— Tu es un traître ! Tu as vendu des informations aux Japonais. Des
innocents sont morts, espèce de fou !

— Fais pas l’con, Philippe ! Écoute moi ! Écoute, on peut s’faire du
fric !

— Roger, c’est pas la peine. Mon pays, jamais je n’le trahirai !

— Si tu m’tues, Philippe, mon frère prendra sa revanche ! Et les
Japonais mettent ta tête à prix, Philippe !

— J’vais t’tuer, p’tit con !

— Mais… non ! C’est toi qui va mourir, connard !

— Vous savez qui a tué mon frère ?

— Ouais. Un homme appelé Philippe. Les Japonais offrent une belle
prime pour sa capture, car il a descendu leur meilleur espion.

— Mais j’en ai rien à foutre des Japonais et d’leurs compliments. Je
veux c’connard et je veux sa tête ! Alors j’ai juré de venger la mort
de mon frère. Où est-il à ce jour ?

— J’en entendu dire qu’il était au nord.

— Les Japonais ont décidé d’empêcher au sud les Guerilleros de lui
venir en aide.

— Au boulot ! Dans ce cas, allons tous vers le nord !

— Oui chef !

— Philippe ! Je sais où tu t’caches ! Viens ici que j’te bute enculé !

— Ta gueule ! Viens ici sale enculé !

— Salaud ! Vas-y !

— Mais j’te r’connais, toi. J’t’ai déjà vu quelque part. Je suis sûr
que j’te r’connais.

— Désolé, mais c’est moi qui te r’connais. J’t’ai vu l’premier. Toi,
tu m’as vu en deuxième. Vu ?

— Ben… j’t’ai vu l’deuxième, alors, voilà.

— Perdu ! C’est aussi moi qui t’ai vu l’deuxième.

— Bon, ben lui, y va m’prendre la tête.

— Ça fait plusieurs fois que j’te croise. T’es toujours sur mon
chemin. Tu veux quoi ?

— Mais… c’est p’t-être toi qu’es sur mon chemin, pas moi…

— Moi, j’aime pas les gens bizarres.

— Ha merde… j’peux pas encadrer les nazis. Je pense que t’es un ouf’
toi, un ouf’ malade.

— Mmh…

— Mais, j’suis pas super fort, j’suis mieux qu’ça même, j’suis
surpuissant.

— D’toutes façons, ça sert à rien d’discuter avec toi, t’as toujours
raison.

— Si ! Ça sert de discuter. C’est toi qu’as toujours raison.

— Il paraît qu’t’as des propos intolérables, où y’a pas d’tolérance.
Tu sais donc pas qu’c’est pas bien d’être raciste, que c’est mal ? On
n’doit pas faire de discrimination raciale, c’est mal. Juger les gens
sur leur religion, c’est mal, sur leur couleur de leur peau, sur leurs
origines sociales ou sur leur nationalité, c’est mal !

— OK, puisque j’vois qu’on peut pas discuter… on va faire un duel. Et
la prochaine fois, je m’occuperai d’toi avec de vraies balles. Et ça
chauffera pour ton cul !

— Rassurez moi, vous seriez pas un peu en train d’me prendre pour un
con, des fois ?

— Putain ! J’me suis mal démerdé ! Pourtant, j’ai pas fait une
concession !

— Messieurs, permettez moi d’vous souhaiter la bienvenue. D’ailleurs,
il faut pas rester debout. Asseyez vous, mettez vous à l’aise…

— Merci m’sieur, c’est très gentil.

— C’t’une leçon d’savoir vivre.

— La ferme ? Quelle ferme ?

— À la ferme ta gueule toi, ducon, espèce de crétin. Qu’est-ce que tu
veux nous prendre la tête, là, pauvre con ? Oui, j’l’ai connu à la
ferme. On était des cowboys, on vivait à la ferme, ça a rien
d’étonnant.

— Bon ça va, on vous fait pas chier, là. Non, c’est sûr, mais je rêve.

— Moi, c’qui m’fait chier, c’est les effets spéciaux minables, je
supporte plus. Tu connais l’« effets spéciaux » d’la sonnette ?
DRING ! Tiens… DRING ! DRING, DRING ! Tiens, et… DRING, DRING !

— C’est super impressionnant ça, tu l’fais bien.

— Et après je t’fais… DRING ! Et puis… DRING ! Et puis même encore…
DRING ! Oh putain j’suis crevé…

— T’énerve pas…

— Allez, un dernier… DRING ! Maintenant, t’appelles Jacques, hein ?

— On dit une « ouiche lorraine ».

— Heu… t’es sûr ?

— Moi, j’veux être connu. Tu sais pourquoi ? Pour niquer des
gonzesses. Quand t’es célèbre, tu niques plein d’gonzesses.

— Quand j’s’rai célèbre, je m’f’rai des meufs ! Mmh… je f’rai des
folies !

— Classe man… Top of the pop !

— Sexe + Histoire de cul = Meurtre.

(solo de guitare)

— Bon. M’emmerde pas avec tes histoires, j’te dis qu’j’ai mal au bide.
J’ai la méga-chiasse, putain, la méga-chiasse !

— Ben, excuse-moi !

— Ben, excuse-moi, mal au bide, tu sais c’que c’est ? Faut qu’j’aille
chier, bordel. Faut qu’j’aille chier, faut qu’j’aille chier rapidos !

— Ça doit être les burgers.

— Ça sent l’pipeau ton histoire. Le pipeau !

— Et on peut savoir euh… ça veut dire quoi ça ?

— Mettez des capotes !

— T’es un minable ! Et tu t’crois l’meilleur journaliste du monde,
mais c’est incroyable ça !

— Buenas noches.

— Hé, tu parles espagnol ?

— Un poquito.

— Hé, tu crois qu’tu m’impressionnes ? Moi, j’sais dire « Allons à la
plage, M. Renard. », « Vamos a la playa, Señor Zorro. ». Est-ce que tu
aimerais te baffrer un chili con carne ? Moi j’préférerais avoir sa
classe plutôt qu’avoir la mienne. Moi j’suis un peu just.

— Tu pipeautes pas un peu, toi ?

— Ben, jamais j’pipeaute !

— Hé, la choucroute, si tu veux une saucisse !

— Tu peux rester. Pas d’problème. J’suis même content qu’tu sois v’nu
chez nous. J’aimerais bien qu’tu restes. On va manger… des chips !
T’entends ? Des chips ! C’est tout c’que ça t’fait quand j’te dis
qu’on va manger des chips ? Mais qu’est-ce qu’y t’arrive ? Pourquoi tu
dis rien ? Tu fais la tronche ou quoi ? Parce que si on réfléchit
bien, moi je suis un vrai démocrate.

— Ha… voilà enfin le roi d’la classe, l’homme trop bien sapé. J’en ai
pour plus d’une barre de fringues sur moi.

— Moi, c’que j’vois, c’est qu’dans 2 s’condes, j’vais t’botter l’cul.

— Alors, on peut plus chier tranquille ?

— Aa-ba-ba-ba-ba… J’ai les bonbons qui collent au papier.

— Si tu veux m’parler, envoie moi un… fax !

— C’est pas mal ça, le pin’s sur la cravate.

— C’que j’arrête, c’est les pin’s, vieux. Ça m’fait plus marrer.

— Pas mal, non ? C’est français. J’aime pas trop les voleurs et les
fils de pute.

— Elle s’est fait refaire les nichons, elle, et je sais de quoi je
parle ! On l’a r’trouvé assassiné un jour. Il en est mort.

— Prrt !…

— Hé ben… j’ai connu un mec de droite une fois, il avait dix fois plus
de classe.

— Mon plus grand plasir s’rait qu’tu t’calmes, gros blaireau !

— Ça m’a l’air d’un bordel.

— C’est parce que j’ai les ch’veux longs qu’tu flippes pour ton
confort bourgeois ? T’as un mauvais karma, frère, si tu supportes pas
mes ch’veux. Désolé papi, mais j’ai ma liberté d’expression
capillaire.

— Alors une, je n’m’en souviens pas, deux, je n’suis pas resté
longtemps, et enfin cinq… y’a pas d’cinq.

— Vous arrivez, vous êtes même pas chez vous. Vous vous pointez avec
trois quarts d’heure de r’tard, pas bonjour, pas merci. Vous filez
tout droit au frigo. Vous prenez la dernière bière. Hhh… ha ! Vous,
vous êtes un sacré sans-gêne !

— Mon émission passe tous les soirs à 18h35. Je pose des questions à
des champions. Je suis !… Je suis !…

— Tu es… tu es Julien Lepers. C’est ça ?

— Oui, c’est ça, je suis Julien Lepers !

— Bien. Sacré Julien…

— Philippe ! Je sais où tu t’caches ! Viens ici que j’te bute enculé !

— Ta gueule ! Viens ici sale enculé !

— Salaud !

8. Écoutez… les profs

(Faïcel Iboudghacen) 13:56

Revenir à la liste des titres.

**NB**
Écoutez les… les profs, là !

**FI**
Hhh… ha ha ha ha ha !

**NB**
Écoutez les… les profs, là !

**FI**
Ha, ha ha ha ha !

**NB**
T’sais, quand tu t’énerves un peu, là, t’sais…

**FI**
Ouais ouais. Ça suffit là, ouais !… Écoutez un peu, là…

**NB**
Écoutez, là… Écoutez, là !… Les profs…

**FI**
Ha ha ha ha !… T’sais qu’j’aime bien faire ça avec les… J’coache des…
des personnes âgées et j’aime bien les emmerder, t’sais en leur
parlant comme ça. Et ils sont… à chaque fois, ils sont morts de rire
les… les anciens. Tsé euh… ils disent : « Il est fou lui ! Il est
fou. » Alors j’leur dis : « Fermez vos gueules, les vieux ! »,
tsélmec. Fermez vos gueules les vieux ! Cassez pas les couilles ! Ha
ha ha !

**NB**
Ha ha ha !

**FI**
Tsélmec, y s’énerve. Tsé, qui est… Il met des intonations, quoi. Tsé,
sur euh… sur les couilles. Ha ha ha ha !…

**NB**
Ha ha ha !…

**FI**
Ah ouais, c’est trop bon ça… Bon allez, j’te laisse, j’étais en train
d’faire une p’tite composition euh… On va… on va commencer à…
re-composer, là avec Noura.

**NB**
Ouais.

**FI**
J’en ai… j’en ai ras-le-bol de… de reprendre des morceaux.

**NB**
C’est bon ça.

**FI**
Casse les… ça m’casse les couilles ! Tsélmec, y r’commence avec euh…
avec ça, quoi. Ha ha !

**NB**
Ha ha ! Tu vas r’prendre les… tu vas r’prendre les morceaux de… Mongo,
là.

**FI**
Ouais ouais, ha ha ha ha !…

**NB**
Euh… « Peche », « Peche » euh… c’était quoi les trucs là, ché p’us…
Ouais c’est ça, « Peche », « Groove », « Diable », « Carton ». Ha ha !
« Voiture »…

**FI**
Ha ha ha ha !… T’imagines les noms qu’t’avais trouvés. Ha ha ha ha !

**NB**
Ha ha ha !

**FI**
Ha ouais, c’est terrible, quoi. Bon allez ! Ouais…

**NB**
Bon allez…

**FI**
Tu m’fatigues, là, allez… Salut. J’te ra… j’te rappellerai plus tard,
allez ciao.

**NB**
Attends, ’ttends, ’ttends, bouge pas, ’ttends, ’ttends ! ’ttends,
’ttends, bouge pas, attends…

**FI**
Quoi ?

**NB**
*Ouais, OK, j’te rappelle, ouais, à l’occaz’…*

**FI**
Ha ha ha ha ha ha !… Tsé, mais avant… avant d’raccrocher, ouais.

**NB**
Attends, ’ttends, ’ttends, bouge pas !

**FI**
Ha ha ha ha !…

**NB**
Pour dire au revoir, tsé. Ha ha ha !

**FI**
Ha ha !… Ha… c’est clair, ouais. Bon allez, à plus tard !

**NB**
Ouais allez !…

**FI**
Ciao. Salut…

**NB**
Ciao.

Ouais, donc là, c’est euh… là, j’vous ai r’mis des… des vieux… des
vieux enregistrements. Donc là, c’est le… le premier enregistrement
de… entre Faïcel Iboudghacen et Nicolas Bruche, le premier euh… sss…
enregistrement euh… NBFI, en fait euh… non officiel. Donc, ça
s’passait à Reims euh… rue Jeanne d’Arc, en… 99, j’pense, ouais, 99.
Euh… printemps, printemps-été, ’fin avant l’été en tous cas. Donc là,
c’morceau là, c’est euh… « Carton », composé par Faïcel Iboudghacen.
Le morceau d’après, c’est euh… « Peche », également composé par Faïcel
Iboudghacen. Et l’troisième morceau, ce s’ra « Blue Kab’ », pareil de
Faïcel Iboudghacen. Ss… donc euh… c’est des morceaux, en tous cas pour
les 2 premiers « Carton » et « Peche », qui ont été euh… repris
ensuite par Mongo pendant l’été 99. On a fait un groupe qui s’appelait
« Mongo ». Et euh… donc, notamment avec euh… « Carton » et « Peche ».
Y’avait aussi euh… d’autres morceaux, pas mal d’autres morceaux qui
ont été, donc après, aussi sur l’album euh… « Folie ». Album euh… ts,
septembre 99, je crois euh… en tous cas, automne… automne 99. Euh… on
r’trouve… on r’trouve donc euh… tous les morceaux qui ont été euh…
bossés avec Mongo. Donc c’était la… Ils ont été aussi enregistrés,
donc par la suite… sur euh… « Quartz Audio Master » euh… rue de Vesle,
rue de Vesle… 99. Plutôt à… à la rentrée, quoi, après l’été. Non,
pendant l’été. Sss… et donc là, vous pouvez entendre, donc euh… Faïcel
Iboudghacen à la guitare, et euh… Nicolas Bruche au clavier et à la
trompette. Donc euh… c’est enregistré, je sais plus trop comment, mais
c’est euh… juste avec euh… ss… peut-être bien que… ff… 1 micro ou 2
micros, je sais plus trop, mais ça… ça fait un p’tit peu live. On
entend un peu les… les voix derrière. Ss… c’est euh… c’est à
l’arrache, quoi, c’est à l’arrache. Voilà. Sss… dans le… dans la… dans
l’salon ! Rue Jeanne d’Arc.

Sss… donc euh, à l’époque… Faïcel Iboudghacen et Nicolas Bruche se
connaissaient déjà parce qu’ils avaient euh… ils s’étaient connus dans
leurs euh… groupes… leurs groupes d’avant. Donc euh… Nicolas Bruche
faisait les « Z’Ohms »-han. Avec euh… Yannick Michaux, Arnaud Gatin,
Rémy Galichet, Vincent Drouart, Vivian Maurice. Et euh… Faïcel
Iboudghacen, donc faisait euh… j’crois qu’c’était « Blue Kab’ », hein,
le gr… le nom du groupe, « Blue Kab’ », avec Camel Dehas euh… Laurent
Brouhon, notamment, et d’autres. Sss… et euh… ils s’étaient vus
notamment euh… pendant le… ts, le concours euh… régional euh… « Music’
Ado ». Festival « Music’ Ado ».

Donc euh… sss… et après, donc ils étaient pas… ils s’sont… ils s’sont
revus, donc ensuite… ensuite… à Reims. Donc euh… place d’Erlon. Place
Drouet d’Erlon. Sss… et donc là euh… ils ont… décidé de… de faire d’la
musique ensemble. Sss… donc euh… Faïcel, donc euh là, c’est c’qu’on
entend en c’moment, donc le… ts, la… première répét’, comme on dit,
enregistrée, sss… euh… rue Jeanne d’Arc. Donc euh… sss… et donc, suite
à cette répétition euh… donc ils ont… décidé de… monter un groupe de
funk ! Donc euh… sss… qui s’est ensuite appelé « Mongo », euh en… en
référence à la chanson « Mongonucleosis » de… « Chicago ». Passk’y
f’saient aussi des euh… des… des ré… des r’prises. Sss… et donc euh…
mh… dans c’groupe… donc y’avait euh… Noura Boumejmajen au chant, euh…
Seb Tricotelle à la guitare, Stef Soatto aux claviers, Fred Liebert
euh… à la basse, euh… Pierre Freyermuth euh… batterie. J’me d’mande
s’il a pas fait des saxes aussi là-d’dans, ouais, sss… Euh… Rémy
Galichet trombone euh… Tony Gard, et chœurs, Tony Gard trom… euh… sax
euh… et chœurs, ss… et donc euh… Faïcel Iboudghacen guitare et Nicolas
Bruche trompette et chœurs. Et euh… donc ça… ça a répété, ça a répété
pendant… pendant l’été, j’pense, 99 euh… J’me d’mande si c’était pas à
l’annexe du conservatoire, là où on répétait avec le… le big band
aussi. Sss… donc à… à côté du conservatoire de Reims, dans une… dans
une annexe.

Et euh… donc euh… sss… donc, du coup, en fait, voilà, les… mmh… ts,
j’avais fait les… les démos, euh qui… qui sont devenues ensuite le
premier album « Folie ». Donc les démos pour euh… à la base, c’était
vraiment euh… ça a été écrit pour être joué par le groupe Mongo. Donc
euh… donc euh, tout était instrumental. Après ben… c’est… c’était pour
être chanté, en fait, euh… Donc après, y’a… y’a eu quelques morceaux
qu’ont été euh… qu’ont été chantés par Noura, mais c’é-tait… pas tous,
et pis y’a eu des… des paroles de faites. Sss… donc euh… on peut
trouver tous ces morceaux-là, en tous cas, dans l… dans leur version
démo, donc l’album « Folie ». Et y’a eu aussi quelques enregistrement
ensuite, par la suite, par Mongo euh… sss… au studio euh…
Jean-Baptiste de la Salle, là où euh… bossait Pierre, où… en tous cas,
où est-ce qu’y… là où il prenait des… des cours. Et euh… on a
enregistré là-bas… ché p’us, trois… trois titres, j’crois, ouais.

**FI**
Comme ça.

**NB**
Ouais. On y va ?

**FI**
3, 4…

Ho ho… Ha hé hé !

**NB**
C’est plus rapide, nan ?

**FI**
Hein ?

**NB**
C’est plus rapide que ça, j’crois.

**FI**
Ouais. 3, 4…

**NB**
Ouais, j’ai laissé volontairement le… j’ai… euh, un blanc pour euh…
pour entendre le… la plantade du début ! Hé hé… sss… Donc euh… du coup
là, c’est l’morceau euh… « Peche ». « Peche », voilà. Euh… toujours
euh… rue Jeanne d’Arc, euh… sss… avec euh… Faïcel Iboudghacen, Nicolas
Bruche. Donc, ouais, donc ces… ces deux morceaux là, euh… comme j’vous
disais, on peut les trouver les… les démos, dans euh… l’premier album
euh… de Nicolas Bruche, euh… avec Faïcel Iboudghacen, euh… qui
s’appelle « Folie », donc, en fait, qui est sorti plutôt au mois
d’août. Finalement, j’me suis trompé t’t à l’heure, au mois d’août 99.
Parce que j’crois qu’tout avait d’jà été fait euh… au printemps et pis
euh… en début d’été, au mois d’juillet. Donc, y’a deux albums qui sont
sortis, y’a « Folie », le premier, et l’deuxième c’est « Nuit ». Et
donc, dans « Folie », c’est plus les morceaux qu’ont été joués avec
Mongo, donc… plus funk. Et donc euh… « Nuit », c’est des morceaux
qu’étaient euh… un peu moins funk euh… dans lequel Faïcel joue euh…
sur l’dernier morceau. Donc après euh… hormis euh… donc si, y’a quand
même l’album de Mongo, euh, début 2000, qui s’enregistre début 2000
avec quelques titres, 3 ou 4 titres. Y’a aussi l’album « Friends »,
euh… où Faïcel joue, quand même 2 morceaux, 2 ou 3 morceaux.

Ensuite, et ben, le gros truc quand même qui arrive après, donc c’est
le… le double album « N’oubliez pas d’aller à la messe dominicale ! »,
donc qui est un peu le précurseur de « La messe dominicale », qui est
sorti en 2012. Donc ça, c’était le… l’ancêtre, en fait euh… Le concept
de « La messe dominicale » date… de l’an 2000. Et euh… donc que, que…
que j’raconte déjà dans la… dans la messe, hein. Euh… c’est… Faïcel,
c’est euh… C’est un mec, donc c’est Ako qui va voir Faïcel, et pis… il
lui propose… un job. Bon, pour avoir le… le boulot, faut qu’Faïcel
euh… assiste à une messe dominicale. Sss… donc, chose qu’il ne fera
pas. Donc il n’aura pas son boulot à Montdidier. Ss… voilà. Dans
l’cul, Lulu ! Et euh… donc euh… donc euh, il en est né un double
album. Donc euh… premier album, le, le, le, le… le disque n° 1, c’est
toutes les chansons avec tous les… tous les dialogues, les… les
parlottes, tout ça. Et l’deuxième, c’est des remixes, passke… ss…
j’étais à fond dans… l’électwonique ! À l’époque. Donc euh… remixes à
donf. Et donc premier album euh… avec des intermèdes, des interludes
et euh… déjà pas mal d’histoires… assez… rigolotes !

Ss… donc aussi, après la messe dominicale, le premier donc, euh…
ensuite y’a… les 2 « CD bonus ». Donc « CD bonus (vol.1) », « CD bonus
(vol.2) », ss… qui sont ensuite… mis tous les deux dans l’album euh… à
l’époque sans titre, mais bon, qui s’appelle finalement « CD bonus »
euh… « NBFI » euh… la compil’ NBFI, quoi, qui sort le 27 mars 2001.
Donc avec des titres qui se ressemblent exprès pour pouvoir facilement
les reconnaître, hein. Ss… donc du coup, « Oscillation »,
« Fréquence », « Carré », « Pulsation », « Métronome », « Tempo »,
« Rythme », « Musique ». C’est vachement simple pour les… les
différencier, hein du coup.

Ensuite… y’a… deux albums, qui s’suivent. Donc, y’a « Mix du fou ? »,
un p’tit album de 5 titres, complètement électro. Donc les… les mecs
se… jouent même pas d’ssus, y… se font même pas chier et ce que des…
des samples. Sss… et euh… et ensuite, y’a « Sains et saufs ». « Sains
et saufs », euh… avec son « Intro » et son « Outro ». « Aouwtro ».
Euh… donc, qui ont été rassemblés sur un seul album, parce que bon
euh, les deux… passaient sur un CD. Ss… donc c’est l’album « Mix du
fou ? — Sains et saufs », du jeudi vin… du jeudi 21 février 2002. Donc
voilà, le temps passe. Un album sans précédent dans le monde de la
musique fusion.

Ensuite… qu’est-ce qu’y a ensuite ? Ensuite, et ben, y’a une compil’.
Les mecs font des compil’ en plus, quoi. Ts, donc la compil’ euh…
NBFI, qui s’appelle… « Deep tonic », mais qui a été regroupée ensuite
avec l’album qui a suivi, qui s’appelle… « Merci Julien ». Et là,
c’est plus NBFI, c’est « Le Mulot ». Parce que « Le Mulot », c’est un
peu comme « NBFI », c’est la même chose. Euh… donc « Merci Julien ».
Donc Julien, c’est euh… Julien Perraudeau, donc qu’on rem… qu’on a
remercié à l’époque parce qu’y… nous avait euh… sss… fait bouffer du
mulot, voilà. Du… derrière l’église, euh… avec son pote… Philippo.
Sss… et donc euh… on a bouffé du… dans un kébab, un kébab de Paris.
Donc euh… on a bouffé du mulot, et pis ben… en même temps, il nous a
aussi quand même aidés pour enregistrer le… le f… le… l’album qui
suivra, mais pas juste après, nan… Ts, l’année d’après, y’aura un
album qui va s’appeler euh… ss… euh… « Everybody’s Michel ». Le Mulot
aussi. Donc euh… il nous a aidés à enregistrer euh… au Conservatoire
National Supérieur de Paris, ss… Pawisse ! Donc heu… « Merci Julien ».
Donc, un album pour toi, hein. C’est… « Salut Julien ». Sss… quai des
pigeons, quai des pigeons, bien sûr, hein. Ensuite… ha ? Bon… j’en
parle après parce que là, c’est la fin du morceau. Donc j’vous laisse.
Après c’est « Blue Kab’ »…

**FI**
Hh… ha ha !

9. Salafoumal !

(Faïcel Iboudghacen) 4:36

Revenir à la liste des titres.

**Maître à Sully**
Hé, m’sieur Perruche ! Je suis M. Maître à Sully. Vous m’avez donné
votre numéro d’portable. C’est au sujet de chapeaux, pour la société
de Cerdon. Je voudrais savoir si vous êtes bien preneur des 50
chapeaux qu’vous m’avez demandés. Il faudrait m’le confirmer, parce
que j’ai des problèmes avec l’importateur. Faut que j’prenne des
séries entières, alors il faut que j’sache bien si vous êtes preneur,
et si j’vous prie d’me verser un acompte, s’il vous plaît, sur la
société ou chèque bancaire, ou venir me voir. Mais, venir me voir,
j’suis pas toujours là. Re-téléphonez moi s’il vous plaît au 02…
Maître à Sully. Bonsoir.

**FI**
Ouais, j’ai r’çu un mail, là. Hein ? Vous m’appelez « gros ». Vous
savez quoi ? Si vous m’rappelez « gros », j’vous démandibule. Tsélmec.
J’les démandibule les mecs qui m’appellent « gros ». T’sais c’que ça
veut dire « démandibuler » ? Regarde dans l’dictionnaire, gros. Ça
veut dire, hein ! Démandibuler un mec ? Ben regarde, gros. Attention !
T’sais pas à qui tu parles. J’crois qu’t’as oublié. T’as oublié les
loustics ! Hein ! J’vais t’démandibuler, tsélmec, ça fait dix fois
qu’y dit « démandibuler ». T’sais comment ça s’écrit « démandibuler »,
hein ? D - É - mandibuler. Et oui. C’est comme ça, gros. Maître
Capelovitchi. Et oui, c’est comme ça. ’fin c’est comme ça, ça fait au
moins dix fois qu’je dis. Bon allez. Allez. À plus. Dans l’bus. À plus
dans l’bus. Ciao.

**Monsieur l’âne**
Oui, M. Bruche ? Bonjour. Je suis euh… Monsieur l’âne Claude. Je suis
le président du comité des fêtes de Sully-Préréré. Je suis le frère de
l’orang. Euh… je vous appelle, c’est… euh… on a besoin d’une fanfare
pour le Comice de… 23 août 2020. Alors, ç’aurait été possible de…
d’avoir un devis, s’il vous plaît, et pis de… savoir euh… comment on
peut… procéder. Vous pouvez m’rappeler au même numéro, c’est à dire le
02… Vous pouvez m’appeler à n’importe quelle heure, hein, même pendant
les heures de repas, c’est pas un souci. OK ? Merci ! Au revoir !

**NB**
Alors…

**FI**
Hé, qu’est-ce tu m’veux, là ? Hh… ha ha ha ha ! Tsélmec !

**NB**
Kesse ki veut, celui-là ?…

**FI**
Ouais… Tu sais qu’on va inverser les rôles ? Faut pas inverser les
rôles. T’sais qu’y m’a fait rire, ton truc. Ha ho ho ho !…

**NB**
T’inverses les rôles, là !

**FI**
Ah ouais, ha ha ha ha ha !…

**NB**
Ha ha ha !…

**FI**
Ha ha ha ha !…

**NB**
Nan nan, ça la fout mal, là !

**FI**
Ha ha ha !…

**NB**
Ça la fout mal…

**FI**
Ha ha ha ha ha ha !…

**NB**
Ha ha ha ha !

**FI**
Ha ha ha ha ! Haa… ça la fout m…

**NB**
Ils sont fous les mecs… Ils sont fous les mecs qui disent ça. C’est
des fous.

**FI**
Ha ha ha ha ha ha ha !… Ah, « ça la fout mal », ça m’a toujours fait
rire, c’terme.

**NB**
Hhh… ha ha ha ha !

**FI**
Ha ha ha ha ! Salafoumal ! T’sais, c’est…

**NB**
… carrément, c’est… c’est même pas… c’est, nan, c’est… c’est… y’a pas
d’demi-mesure, quoi. Ça la fout mal, quoi, c’est…

**FI**
Ha ha ha ha ha !… Pis t’sais, tu sais même pas, quoi. Ça la fout mal,
quoi, qui, en fait ? T’vois, ça la fout mal.

**NB**
Ha ha ! Salafoumal…

**FI**
Ho ho ho ! Il parle de quoi ? Tsélmec, tu parles de quoi exactement ?
Hhh… ha ha ha ha ! Hhh… Et, t’sais les mecs, y sont bourrés d’termes
comme ça, mais… on sait pas, quoi. On sait pas d’quoi y parlent. Ça la
fout mal.

**NB**
Ha ha ha !

**FI**
Ha ha ha ha ha ha ha ha !…

**NB**
Ça la fout mal !

**FI**
Ha ha ha ha ha !… Ah ouais, j’ai écouté l’message, j’l’ai écouté au
moins trois fois, ça m’a fait rigoler, ouais. J’me suis dit :
« Putain, ça, y va falloir que j’l’utilise. ». Va falloir que
j’l’utilise. Bon. Ça va sinon ?

**NB**
Ouais ouais, ça va ouais…

**FI**
Qu’est-ce que t’es en train d’faire ?

**NB**
J’répare un vélo, là. J’répare un vélo, là.

**FI**
Hhhh… ha ha ha ha ha ! Ah le mec, toi… Ouais. Tu répares un vélo ?

**NB**
En fait, tsélmec, y s’est recyclé, tsé il a… il a un magasin d’vélos.

**FI**
Ha ha ha ha !…

**NB**
T’sais l’magasin « Passion 2 Roues ».

**FI**
Ha ha ha ! « Passion 2 Roues » ! Ha ha ha !… Ouais ?

**NB**
J’ai une échope, là, dans ma rue, là… « Passion de Roux », là.
Tsélmec, y… y répare des vélos, t’sais… Hhh… ha ha !…

**FI**
Ou « Cyclo Man » ! « Cyclo Man ». Tsélmec. T’sais qui… qui sort un
nom, là, ouais.

**NB**
« Cyclo Man » !

**FI**
« Cyclo Man » ! Hhh… hé hé ! T’sais, c’est… y’en a, y… t’sais, y
t’sortent des… Ché pas si t’as déjà fait gaffe… t’sais, les noms des
enseignes, y’a des fois, c’est n’importe quoi, quoi. C’est… « Cyclo
Man », tu vois…

**NB**
Ouais, ça c’est les coiffeurs…

**FI**
« Coupe Tif’ », pour les… Ah, les coiffeurs, ouais… C’est c’que
j’allais t’dire…

10. Herr Bruch’

(Nicolas Bruche) 6:54

Revenir à la liste des titres.

**FI**
« Coupe Tif’ » ! Tu vois ?

**NB**
Ha ha !

**FI**
« Coiff’ 2000 » euh… tu vois, ouais euh… tu vois. Hé hé ha ha !…
« Hair Brush’ » ! Hhhh… ha ha ha ha !…

**NB**
Ha ha ha ! « Hair Brush’ » ! Ha ha ha ha !… « Herr Bruche » !

**FI**
Ouais ! « Herr Bruche » ! Herr B… B… « Herr Bruche », c’est pas mal,
ça. Ha ha ha ! Ah, ça va être le titre d’un morceau, ça : « Herr
Bruch’ ». Bon… écoute… j’t’appelais juste pour faire un essai, là.
J’vais voir euh… un truc. Euh… j’te rappelle dans une seconde. Garde
ton téléphone. OK ?

**NB**
OK.

**FI**
Allez. J’te rappelle tout de suite.

**NB**
Allez, à tout d’suite. Ha !

**FI**
Oui.

**NB**
Voilà, donc… j’reprends les… commentaires de tout à l’heure. Donc euh…
j’en étais resté à… ts, sss… euh… « Merci Julien — Deep tonic »,
l’album. Donc maintenant, ensuite après, y’a l’a… y’a un album qui
s’appelle « My baby loves you », donc sorti en été 2002, avec des…
avec des chanteuuuses !… Ss… donc ensuite et euh… le dernier album de
la première période de NBFI, ça sera… « Tsélmec ». L’album
« Tsélmec », donc du… bien après, donc il sort le mardi 1er février
2005 (ERRATUM : jeudi 24 février 2005), a… début 2005, quoi, ss… avec
une compilation de titres, avec DJ Gégène, Caporal-chef Jolivet,
Jean-Mich, Le Mulot et bien d’autres. À écouter avec une b… St
Bernardus 12°. Ss… donc euh… pas mal de conneries, hein. On… commence
à voir le… l’esprit de… du « Comme bac » qui arrive ! Car ensuite,
c’est « Le comme bac ».

Ouais, j’vous ai pas dit, donc là on… on écoute en c’moment, donc
c’est des… des démos qui sont encore plus vieilles. C’est des démos
de… de rue sur les Roches, 32 rue sur les Roches. Ss… euh… compos euh…
donc euh… qui datent… du lycée, environ, quoi, à peu près, donc, on va
dire… la période… sss… période des « Z’Ohms », quoi. 92-96, quoi.
Ouais. Par là.

Sss… donc euh… deuxième période de NBFI, donc c’est le… « Le comme
bac ». Donc là, y’a une grande période où y s’passe rien… entre 2005
et 2012. Et là, donc euh… juin 2012, un album torché en 2 semaines,
hein euh… avec le pr… Ben, le principe, c’est que… les mecs habitent
loin maintenant, donc y s’envoient des morceaux, maintenant, par
Internet. Et pis ben… y… y surchargent chaque version de… de leur euh…
de leur euh… ts, contribution. Donc du coup, euh… ça fait que… les
trucs, y sont… en '.mp3' compressés, mais y s’en foutent, y… y
enregistrent par dessus, donc le truc est t… automatiquement mixé.
Donc, tu peux plus r’toucher, et tu remixes par dessus, quoi. Donc ça
donne un album assez improbable qui s’appelle… « Le comme bac ». Donc
euh… qui s’ra suivi ensuite par euh… « Le retour du comme bac » en
2013. Ts, toujours le même principe. Suivi par « Le fils du retour de
ta mère en slip », 2014. Suivi ensuite par l’album « Fistule », du nom
de DJ Fistule, hein, alias Faïcel Iboudghacen, qui sortira fin 2016.
Et donc là, l’album que vous avez entre les mains, c’est l’dernier
album, c’est euh… le tout dernier, sss… qui s’appelle donc euh…
« Bienvenue à Falmignoul », euh… la rétrospective de NBFI / Le Mulot.

Ss… donc là, on vous a fait un p’tit aperçu d’tout c’qu’y a eu pour…
pendant cette… sss… cette magnifique… vie de… NBFI. Voilà, sss… euh…
j’espère que vous avez aimé. Merci de… ss… de… d’être… des fans de
notre musique. On… on vous remercie du fond du cœur. Sss… euh… bravo
M. Iboudghacen. Bravo t… pour toute cette… pour toute cette… carrière…
géniale. Et j’vous laisse avec ça.

**Radio Bleue**
10h-12h30 (x2)
France Bleue Orléans (x2)
En fait, en fête
Marc Yvan…

**Marc**
Et à midi moins vingt-cinq, au 02… on parle musique et concert avec
euh… Nicolas. Bonjour Nicolas !

**NB**
Bonjour Marc !

**M**
Comment ça va c’matin ?

**NB**
Et ben, très bien, très bien, j’vous r’mercie.

**M**
Alors… on peut vous présenter comme… chef d’orchestre, du coup,
Nicolas ?

**NB**
Chef d’orchestre, c’est comme ça qu’on dit, oui. Ouais.

**M**
Hein, c’est ça, hein ? Puisque vous êtes… ben, représentant c’matin de
l’harmonie de Saulces-Monclin, et vous proposez le concert de la
nouvelle année, et ça s’passe euh… aujourd’hui, non c’est demain ! Ça
s’passe demain à la salle des fêtes de Chambon.

**NB**
Heu… c’est ça ! C’est ça ouais, c’est demain dimanche… 6 janvier à
15h30 à la salle polyvalente de Chambon.

**M**
Et c’est gratuit, hein ? Tout l’monde peut…

**NB**
Et c’est entrée libre, oui.

**M**
Voilà. Tout l’monde peut y aller. Alors, attention euh… vous êtes 30,
hein, je crois, hein euh… sur euh… ce concert ?

**NB**
C’est ça ! On est une trentaine, ouais. Trentaine, ouais.

**M**
Pour l’harmonie, trente musiciens. Alors, ça va être très très varié,
là, pour le coup, c’que vous allez proposer euh… demain euh… Nicolas,
puisque y’a euh… quasiment tous les styles de musique, hein euh… les
plus… célèbres qu’on peut retrouver, avec de la variété, des musiques
de film, des musiques modernes et de la musique classique aussi…

**NB**
C’est ça, c’est ça. On fait euh… pas mal de musiques de film, comme…
Ennio Morricone, euh… « Unchained melody », la… la… la musique du film
« Ghost », « La chèvre » aussi. On fait aussi d’la musique classique…
comme l’Adagio d’Albinoni. On fait aussi d’la musique de cirque, euh…
comme « Les animaux du monde », « Les temps modernes ». Et… aussi,
donc, d’la musique plus moderne, comme… ben… des… d’la variété
française… « Champs Élysées », euh… « Le lion est mort ce soir ». Donc
euh… un p’tit peu d’tout, en fait !

**M**
Alors, c’est super ! La capacité d’la salle des fêtes, hein euh… c’est
à peu près 150, 200 personnes. On vous souhaite d’ailleurs qu’elle
soit pleine… demain !

**NB**
Ben oui, c’est ça, c’est ça ! Espérons !

**M**
Et alors… ça dure environ deux heures pour euh… ce concert qui est en
deux parties…

**NB**
Oui, c’est ça, on fait deux parties. Euh… ff… on va dire environ trois
quarts d’heure chaque partie avec une entr’acte. Euh… une entr’acte…
on pourra d’ailleurs… y’aura une vente de… de gâteaux et… et une
buvette. Et donc ça v… ouais, faut compter, ouais euh… deux… deux…
deux heures, quoi. On va dire ça.

**M**
Bon… Et puis on salue, hein, la commune de Chambon qui vous… prête la
salle des fêtes, c’est vraiment… adorable. Et puis si on a envie de…
ss… de boire un verre et de manger quelques gâteaux, y’aura aussi euh…
une buvette. On l’rappelle, donc c’est demain à la salle des fêtes de
Chambon, c’est gratuit et c’est à 16h30 pour ce concert de la nouvelle
année, Nicolas…

**NB**
15h30 ! 15h30.

**M**
J’ai dit 16h30 ?

**NB**
Nan. Ouais, ouais… C’est 15h30. Hé hé…

**M**
Et ben, parce que c’est 15h30, vous voyez euh… j’avais envie que, hé
hé hé… y’ait plus de place pour y aller.

**NB**
Hé hé hé hé !

**M**
Ha ha ha ha ha ! Hhh… Nicolas, merci d’avoir été avec nous !

**NB**
Et ben, merci à vous Marc ! Et bonne journée !

**M**
Bon weekend ! Et puis d’avance, bon concert, surtout. Au revoir
Nicolas.

Faites comme lui, appelez nous si vous organisez quoi que ce soit dans
le Loir-et-Cher, vous l’savez, c’est France Bleue en fête, encore
pendant une petite heure : 02… Ah ! Dans un instant, original ! On va
parler d’un spectacle d’hypnose qui sera proposé la semaine prochaine.
Va falloir écouter ça… attentivement, et pour le moment, on remonte le
temps, on revient dans les années euh… 70-80 avec euh… ABBA sur France
Bleue Orléans ! Hh ha ha ! On connait tous les paroles par cœur.
J’crois qu’on va l’fredonner ensemble : « The winner takes it all »…